Caméra Beaulieu 4008 ZM II

Publié le par Michel Gasqui

La BEAULIEU 4008 ZMII

 

C’est la première caméra super 8 mm que j’ai acquise au printemps 1976 avec mes économies et dont je rêvais depuis longtemps, équipée du zoom Schneider : 6 / 66 mm ouvert à 1,8 avec réglage macro.

 

 

 

 

Elle a subi mon inexpérience et m’a permis d’apprendre par la pratique, aidé par les conseils trouvés dans des ouvrages. En 1999, je l’ai faite entièrement réviser par Beaulieu-Images, lorsqu’ils étaient encore en activité. Elle a juste subi une modification qui consiste à retirer les gélatines 85 A et UV placées devant la fenêtre d’impression et recaler avec la cote de tirage mécanique standard : 17,52 mm qui permet de monter toutes les optiques.

De plus, la disposition de cette gélatine qui se détériore avec le temps et, plus grave, risque d’accrocher les poussières (vue la petitesse du format en projection : 5,4 x 4,0 mm, une poussière … devient énorme !…) est risquée.

A ce jour, cela va faire 30 ans que j’ai acquis cette caméra et elle a « encaissé » des kilomètres de film !…

Ce que j’apprécie dans cette caméra, c’est sa conception professionnelle et sa robustesse : visée réflexe par miroir à 45° alternatif, mise au point précise sur verre dépoli fin qui permet, en outre, d’apprécier la profondeur de champ au diaphragme choisi, visée de très grande taille (x 27), galvanomètre qui permet d’ajuster l’exposition, la transmission de la lumière est de 100% sur le film tout d’abord et 100% sur la visée. La gamme des cadences de prise de vues, entre 2 ips (x 9) et 70 ips (x 4), permet des effets intéressants. Avec l’objectif de base équipé de son asservissement, on peut, en réglage automatique, si on le désire, varier la vitesse en continu de 2 ips à 70 ips : un personnage commence son déplacement avec une allure saccadée et, progressivement, semble à peine toucher le sol…

Le Schneider, ouvert à ø 1,8, possède une bonne définition et un bon contraste, avec un rendu des couleurs fidèle. Il donne le meilleur de sa définition dans les courtes et moyennes focales.

Le zooming électrique régulé de 4 à 12 secondes (6 / 66 mm correspond en 24 x 36 à 35 – 400 mm) permet des approches subtiles et l’on peut aussi adoucir encore son mouvement en tournant à 36 ips.

Le bouton de mise au point rapide est pratique car il met de suite en position télé à pleine ouverture.

La marche arrière sur 90 images est amusante pour réaliser une petite surimpression ou effectuer un fondu enchaîné avec l’obturateur variable. Pour ma part, je n’aime pas trop « torturer » le chargeur super 8 qui n’a jamais été prévu pour la marche arrière !…

La monture standard C : ø 25,39 mm à vis permet de monter un grand nombre d’objectifs : super 8 mm et surtout 16 mm. On peut aussi, avec une bague, adapter des optiques photo en 24 x 36 et en 6 x 6. La tenue de cette caméra est agréable car bien équilibrée, avec un poids suffisant : 1500 g avec le zoom et 900 g le boîtier nu.

Actuellement, j’utilise cette caméra pour le plaisir d’obtenir de belles images en super 8 mm et je travaille en base à 18 ips (c’est un choix que j’ai fait à l’origine pour ce format et ce pourrait être l’objet d’un débat !?) avec essentiellement une série d’optiques fixes pour le 16 mm :

un 9 mm ouvert à 1,6 – Kinoptik (~ 55 mm en 24 x 36)
un 15 mm ouvert à 1,3 – Angénieux (~ 85 mm en 24 x 36)
un 25 mm ouvert à 1,4 – Angénieux (~ 150 mm en 24 x 36)

La couverture des optiques prévues pour le 16 mm étant plus importante, cela permet de travailler dans la meilleure zone à 18 ips. Le temps d’exposition est de 1/65 s, ce qui constitue une bonne vitesse. Je travaille avec la cellule de la caméra étalonnée comme avec un appareil photo (sensibilité réglable de 10 à 100 ASA). On peut ajuster ainsi le réglage qui convient le mieux à chaque émulsion. En règle générale, avec l’inversible couleur ou noir et blanc, il est conseillé de sous exposer légèrement (de l’ordre de ¼ de diaphragme) afin de travailler dans la meilleure zone de l’émulsion (tolérance de pose). L’inversible supporte très mal la surexposition et est très vite brûlée !…

Cette caméra permet de travailler aussi avec de la pellicule négative.

On peut aussi travailler en manuel avec un posemètre en lumière réfléchie ou en lumière incidente (celle qui vient éclairer le sujet).

L’avantage des optiques fixes, outre leur définition, est aussi leur luminosité car entre l’ouverture théorique dite « géométrique » et l’ouverture réelle, de transmission de la lumière et la sortie de l’objectif dite « photométrique : T », il y a très peu de perte.

Exemple :
L’Angénieux 15 mm ouvert à 1,3 « géométrique » possède une ouverture « photométrique » T, très proche (inférieure à 1,4).
Ce n’est pas le cas des zooms dont la meilleure ouverture se trouve dans les courtes focales et… plus la focale est longue, plus la perte de lumière est importante = cela dépasse 1 diaphragme !

Si l’optique est fixe et demeure donc sur la caméra, comme c’est le cas pour la quasi majorité des caméras en super 8 mm, il faut ajouter en plus, les pertes de lumière occasionnées par le système prévu pour la visée réflexe : prisme optique diviseur qui absorbe 25 à 30% de lumière…

Pour cette raison, les caméras dites « XL » avec obturateur ouvert à 220° et zoom ouvert à 1,2, ne sont, en définitive, pas beaucoup lumineuses que la Beaulieu 4008 équipée d’une optique fixe ouverture 1,3.

Dans cette comparaison, je ne parle pas de la qualité optique.

Jusqu’en 2002, Beaulieu-Images proposait ce modèle, la 4008 ZM II « re manufacturée », c'est-à-dire entièrement révisée et remise à neuf avec amour, par des techniciens de cette maison, vendue complète avec une garantie d’un an : 5600 F. TTC (jusqu’en 2000), 7900 F. TTC (après 2000) et ce jusqu’à fin 2002 / début 2003.

En 1976, la caméra 4008 ZM II complète était vendue 5400 F. TTC. Aujourd’hui, on peut en trouver d’occasion mais le point faible est la batterie qui est à remplacer. On peut faire remplacer les éléments chez Mille et une piles pour un prix modique sinon… neuve de la nouvelle technologie Ni Mh. Chez Wittner en Allemagne, elle vaut 169,00 € (1109 F.) en 7,20 V/100 mA (haute capacité).

Autre point faible : si la caméra n’a pas tourné depuis longtemps et a été stockée dans un lieu humide : risques de grippage du miroir alternatif qui nécessite une lubrification régulière.
A ce jour, depuis décembre 2003, Beaulieu-Images est représentée par Daniel Wittner, en Allemagne pour les réparations et les pièces détachées ((
00.49.604.49.337 à Hambourg).
On trouve aussi d’anciens techniciens de Beaulieu qui continuent à entretenir et réparer ce cher matériel (voir l’Atelier de Célestin, (
01.42.53.80.32).

 Michel GALLOIS (Cinéscopie n°2) 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article

antoine 29/06/2008 19:03

merci. mais sauf erreur de ma part, en manuel, je peux tout de même filmer en veillant à ce que l'aiguille de la cellule soit bien au milieu.

Gasqui 29/06/2008 12:11

Bonjour. J'ai eu un problème identique avec ma 4008. Le diaph ne fonctionnait pas en automatique (affolement de la cellule). Il s'agit d'un réglage au niveau de l'objectif. Je ne peux en dire plus n'étant pas technicien. Il faudrait donc voir un réparateur compétant.

antoine 29/06/2008 11:47

bonjour, j'ai une beaulieu 4008 zm4, la batterie est un assemblage de piles.quand je fais tourner à  vide, ça tourne sans problème mais en automatique, le diaph se met directement à 16. en manuel, je peux régler le diaph et l'aiguille de la cellule réagit correctement.je ne comprends pas pourquoi en automatique ça ne réagit pas. auriez vous une idée du problème ?